Composition du dentifrice, ce qu’il faut vérifier

Il fait partie des produits qu’on attrape sur l’étagère du supermarché sans vraiment y penser. Pourtant, le dentifrice mérite qu’on étudie un peu plus sérieusement sa composition, et pas seulement quand l’actualité se fait l’écho d’un scandale, comme ça a été le cas en 2007 (l’affaire du diéthylène glycol dans des dentifrices chinois) ou en 2017 (la présence de dioxyde de titane dans des produits français). Votre dentiste est, en la matière, le mieux placé pour vous conseiller en cas de pathologie particulière (parodontite, gingivite…).

Tube de dentifrice presque vide.

https://www.flickr.com/photos/krisavilaphoto/

Mais où lire la composition ?

Pour commencer, vous utilisez peut-être un tube de dentifrice qui ne mentionne pas les ingrédients. Pourtant le fabricant est obligé par la loi de l’indiquer. L’astuce pour ce dernier est de suremballer le produit dans un carton, sur lequel apparait la composition. Ce carton finit bien souvent à la poubelle sans qu’on y jette un œil. Pour quelques dentifrices, c’est directement sur le tube.

Ce qu’on trouve de façon claire sur tous les packagings en revanche, ce sont des allégations marketing : antiplaque, action blancheur, haleine fraiche… Elles n’ont aucune valeur, les fabricants n’ont pas à prouver que le produit délivre bien ces effets quand il a le statut de cosmétique. S’il s’agit d’un dentifrice qui a le statut de médicament, l’efficacité des allégations est alors prouvée pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché. On recommande donc de se fournir en pharmacie ou parapharmacie un dentifrice-médicament pour être déjà certain·e de cela. Reste encore le souci de savoir quels ingrédients sont utilisés.

Qu’est-ce qu’on traque ?

Une fois que vous avez la liste d’ingrédients sous les yeux, recherchez les parabens. Eh oui, cette substance décriée depuis une dizaine d’années, disparue des gels douches et crèmes visage sous la pression des associations de consommateurs, est encore présente dans beaucoup de dentifrices, mais sous les termes de p-hydroxybenzoate de propyle ou p-hydroxybenzoate de propyle sodique. L’UFC-Que choisir dénonce également la présence de triclosan (antibactérien qui induit la résistance aux antibiotiques) et le sodium lauryl sulfate, irritant.

Si vous avez le souci de l’écologie en plus de la santé, évitez les dentifrices qui contiennent  des microbilles en plastique, extrêmement polluantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam