EMDR : cadre et accompagnement

Le blog d’Info Beauté Santé vous présentait récemment les effets de la méthode EMDR pour soigner les états de stress post-traumatiques et d’autres troubles psychologiques modérés tels que les phobies ou l’angoisse. Aujourd’hui, nous aimerions compléter cette étude en évoquant l’importance du cadre et du suivi, en parallèle du traitement, afin d’éviter les rechutes.

Un psychologue et son patient pendant une thérapie.

https://pixabay.com/fr/personnes-hommes-discuter-papier-2561336/

L’accompagnement des patientes et des patients

Le fonctionnement de l’EMDR repose sur un suivi individualisé et adapté à chacun et aux différents troubles présentés. Il est nécessaire d’établir un lien, une relation de confiance entre le thérapeute et la personne qui vient consulter. Cette condition sine qua non facilitera le dialogue dans le but d’aider les individus à mettre des mots sur leurs sentiments, leurs émotions et les origines du problème. Sans cela, les patientes et patients ne pourront pas prétendre à la guérison. Le rôle du psychologue est donc de poser un cadre, d’accompagner la personne pendant toute la durée de traitement nécessaire – qui varie bien évidement d’un individu à l’autre.

Que se passe-t-il lorsque l’on interrompt une thérapie trop tôt ?

Lorsqu’une analyse ou une thérapie s’arrête trop tôt, il est probable que les symptômes refassent surface de la même manière qu’auparavant ou sous une autre forme. Une angoisse peut être déplacée sur une nouvelle phobie par exemple. Cela représente un signe évident que le processus de guérison n’est pas arrivé à son terme. En outre, il n’y a pas de règles quant à la durée d’une thérapie. L’important étant que les personnes se sentent prêtes à arrêter avec l’aval du psychologue.

Des effets positifs sur le long terme

L’intérêt de l’EMDR est de soigner le patient sur le long terme. De faire en sorte que le trouble disparaisse sans réapparaître sous une autre forme. D’où l’importance de se référer à ce cadre sécurisant mis en place par le thérapeute. Au moindre signe de rechute, les patients et patients doivent en parler sans gêne ni sentiment d’échec. Certains maux sont plus difficiles que d’autres à cicatriser, rechuter ne veut pas dire échouer, cela signifie simplement que la guérison sera plus longue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam