L’entorse de la cheville, plus courante qu’on le pense

Les médecins voient défiler en moyenne quelque 6000 cas d’entorse de la cheville par jour. Jackpot ! C’est donc l’un des maux les plus courants et ce n’est pas forcément grave. Pourtant, il n’est pas bon de le laisser traîner ou de le sous-estimer. Zoom santé sur Info Beauté Santé.

Jambes et pieds de ballerine en pointes de danse.

https://www.flickr.com/photos/gslade/

Qu’est-ce qu’une entorse ?

Ça peut arriver à n’importe qui, n’importe quand. C’est un mal bien connu des sportifs, notamment les habitués des tenues de danse et autres pointes de classique. Cela arrive avec une torsion puissante du pied vers l’intérieur. On appelle ça une entorse en inversion. Quelques pas de danse et puis crac !

Ce qui se passe ? Les ligaments entourant l’articulation sont étirés violemment (entorse bénigne ou « foulure »), parfois déchirés (entorse sérieuse) et, dans le pire des cas, rompus, avec ou sans arrachement osseux (entorse grave). Oui, ça fait mal rien que de l’écrire…

S’ensuivent une douleur vers l’extérieur de la cheville, un gonflement de l’articulation, des difficultés à marcher mais aussi – parfois – des craquements.

Que faire ?

Dans l’immédiat, on met l’articulation au repos et on retire son chausson de danse, sa basket, son escarpin ou autre botte. On évite de forcer sur la douleur au risque d’aggraver l’entorse. Surtout, on arrête de se faire croire que ça va passer en continuant à « faire chauffer » la cheville.

Si la douleur est très puissante et que l’articulation craque beaucoup, vous pouvez envisager les urgences. Mais ne vous y rendez pas systématiquement car on ne vous y fera pas forcément de radio. Vous pouvez très bien observer le protocole RICE et consulter un médecin ultérieurement pour faire le point.

RICE, explication

Le sigle RICE regroupe les actions suivantes, à réaliser en cas d’entorse :

  • Repos : mettez l’articulation au repos et utilisez des béquilles pour vous déplacer
  • Ice : couvrez la zone blessée de glace afin d’endiguer l’inflammation. Faites-le dix minutes, quatre fois par jour, jusqu’à dégonflement
  • Compression : enroulez votre cheville dans des bandages élastiques et/ou immobilisez-la avec une attelle pour la maintenir et ne pas solliciter les ligaments blessés
  • Élévation : enfin, surélevez la jambe le plus souvent possible afin de faciliter le retour veineux et la bonne oxygénation de la zone impactée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam