Les effets psychologiques du confinement

Ce 13 avril dernier le Président Emmanuel Macron a donné une nouvelle date butoir à la fin du confinement. Pour de nombreuses raisons le confinement a des effets néfastes sur notre santé physique ou morale. Ces raisons peuvent être physiologiques, le manque de soleil ou de sport par exemple, ou psychologiques. Si jamais vous vous sentez en position de faiblesse émotive, faire appel à un spécialiste, comme un psychologue spécialisé en thérapie EMDR, par un appel vidéo est quelque chose de tout à fait normal. Dans cette situation il peut être facile de se sentir inquiet, angoissé et en colère. Voyons pourquoi nous sentons-nous ainsi et comment y remédier.

Les états psychologique en emojis.

https://pixabay.com/fr/photos/smiley-émoticône-colère-anxiété-2979107/

Le confinement m’énerve

La première date de fin du confinement a été repoussée alors que tout le monde s’attendait à pouvoir ressortir, voir ses amis, et profiter des beaux jours qui arrivent. On peut donc ressentir une certaine colère. Dans ce cas précis la colère est tout sauf productive et cette énergie peut être utilisée pour autre chose. Pour y palier, on ne pourrait que conseiller d’arrêter de s’énerver contre ces choses que personne ne peut contrôler. Généralement, même ceux qui prennent les décisions ne savent pas ce qu’il en sera dans un mois ou deux.

Pour ne plus subir l’enfermement il est intéressant de changer d’angle de vue : au lieu de penser que l’on est forcé à rester chez soi, il est plus important de se rappeler pourquoi. Parce qu’en restant chez soi, les hôpitaux se désengorgent, cela aide le personnel soignant, cela protège les personnes les plus fragiles et surtout c’est le meilleur moyen pour que l’épidémie s’arrête.

Je me sens inquiet et angoissé

Le sentiment d’impuissance arrive juste après l’énervement. On ne se sent pas bien parce qu’on ne sait pas et que l’inconnu effraye. Là encore il faut accepter qu’on ne maitrise pas l’avenir, et ainsi vivre l’instant présent. L’idée est de regarder moins loin, à la manière d’un grimpeur qui regarde les prises proches plutôt que le haut de la falaise ou en contrebas. On peut aussi casser la routine en essayant de se surprendre et en étant actif. Personne n’est obligé de créer le prochain grand best-seller ou de prendre la relève de Picasso, il ne faut pas se culpabiliser de ne rien produire, mais s’investir dans une nouvelle activité peut permettre de mieux vivre le confinement. Une technique simple pour se surprendre soi-même et de prendre le temps de regarder autour de soi et de se forcer à utiliser le premier objet que l’on voit, par exemple poser les yeux sur un bloc-notes peut permettre de se lancer dans l’écriture.

Éviter les troubles physiques

L’angoisse et l’inquiétude peuvent avoir des effets somatiques importants. Ils peuvent par exemple être d’ordre gastrique et provoquer des nausées ou des douleurs au niveau de l’estomac. Durant le confinement, l’apaisement physique apparait alors comme une nécessité si vous ressentez des troubles. Chacun a sa propre technique. Certains vont pratiquer la méditation ou des exercices de respiration pour apprendre à mieux maitriser et contrôler leurs émotions, d’autres vont se satisfaire de bain relaxant ou de douches chaudes et des derniers vont s’adonner à la pratique d’un sport comme la danse, le yoga ou le fitness. De nombreuses initiatives ont d’ailleurs fleuri sur le web où des coachs sportifs donnent des leçons ou filment leurs entrainements, des personnes appellent à des méditations régulières ou des thérapeutes proposent des séances en ligne.

Finalement, penser et s’occuper de soi et de ses proches est la solution pour mieux appréhender ce confinement. Encore une fois si vous en ressentez le besoin, de nombreux psychologues sont disponibles par appels vidéo pour aider ce qui en ont besoin et il n’y a aucun mal à ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam